Mécanisme commun aux 5 sens

LES 5 SENS, QU’EST-CE QUE C’EST ?

 En physiologie, les sens sont les systèmes de récepteurs de la perception. Chaque sens est associé à un organe:

  • La vue : L’œil permet la vision des images
  • L’ouïe : L’oreille permet d’entendre 
  • Le toucher : La peau et les muscles permettent de toucher, de sentir physiquement un aspect 
  • Le goût : La langue (entre autres) permet de détecter un goût
  • L’odorat : Le nez permet de sentir une odeur

Pour connaître un objet, le seul moyen est de se confronter à la réalité, c’est-à-dire d’expérimenter. Cette expérimentation se fait forcément par le biais de nos sens. Nos sens nous permettent donc de saisir le monde, de l’appréhender. 

Ces 5 sens se réunissent puisqu’ils ont la même base de fonctionnement : les récepteurs sensoriels convertissent le signal environnemental (aussi appelé « le stimulus », tel que l’onde sonore, l’onde électromagnétique, l’odorant, la force mécanique, le température) en signal nerveux, qu’ils transmettent au système nerveux central (centre de la perception et de l’interprétation autrement dit le lieu de représentation mentale du stimulus).

Tous les processus sensoriels commencent par des stimulus. Un récepteur sensoriel convertit le signal du stimulus en une modification de potentiel de membrane et régule ainsi la transmission du potentiel d’action au système nerveux central. 

Les voies sensorielles ont quatre fonctions en commun : 

  1. La réception sensorielle
  2. La transmission
  3. L’analyse et la perception

1. La réception sensorielle correspond à la détection d’un stimulus par les cellules sensorielles. La plupart des cellules sensorielles sont des neurones spécialisés (fonctionnent avec une synapse) ou des cellules épithéliales (fonctionnent sans synapse, mais avec de l’ATP jouant ici le rôle de neurotransmetteur). Certaines agissent individuellement, tandis que d’autres agissent en groupe à l’intérieur d’organes sensoriels (cas des yeux et des oreilles). Un « récepteur sensoriel » désigne une cellule sensorielle ou un organe sensoriel ainsi que la structure cellulaire qui interagit directement avec les stimulus. Plusieurs récepteurs sensoriels perçoivent les stimulus provenant de l’extérieur. Quelque soit le stimulus, sa détection provoque l’ouverture ou la fermeture des canaux ioniques. Le déplacement d’ions qui en résulte de part et d’autre de la membrane modifie le potentiel de membrane. Ainsi,  la detection d’un stimulus, autrement dit le signal de l’extérieur, est convertit en une modification du potentiel de membrane d’un récepteur sensoriel : c’est la transduction du signal. La modification du potentiel de membrane est appelé potentiel de récepteur. Ces potentiels sont des potentiels gradués, puisque leur amplitude varie en fonction de l’intensité du stimulus.

2. L’information sensorielle circule dans le système nerveux sous forme d’influx nerveux, ou potentiels d’action. Dans beaucoup de cas, la transduction déclenche la transmission de potentiels d’action jusqu’au centre nerveux central.

2 cas sont possibles : 

  • Les récepteurs sensoriels sont des neurones spécialisés =>  ils produisent des potentiels d’action et possèdent un axone qui s’étend jusqu’au centre nerveux central. Plus le potentiel de récepteur est intense, plus le seuil d’excitation est atteint rapidement, et plus les potentiels sont fréquents.
  • Les récepteurs sensoriels sont des cellules d’origine neuronale spécialisées qui régulent des neurones => ces cellules spécialisées forment des synapses chimiques avec des neurones. Généralement, ils réagissent aux stimulus en augmentant la vitesse à laquelle les neurones afférents produisent les potentiels d’action. Plus le récepteur de potentiel est intense, plus la quantité de neurotransmetteur  libéré est grande, ce qui augmente généralement la production de potentiels d’action par le neurone post-synaptique.

3. Les potentiels d’actions circulent dans les neurones sensoriels jusqu’à l’encéphale. Lors de cet acheminement, des circuits de neurones interprètent l’information reçue et créent une perception des stimulus. L’encéphale distingue un stimulus visuel d’un stimulus sonore (par exemple) par la voie que les potentiels d’action empruntent pour se rendre au cerveau.